Nautisme au Maroc

Règles d’utilisation d’aire de carénage des Marinas

Cet article apporte des règles et des conseils pour un carénage respectueux. Ces règles d’utilisation d’aire de carénage doivent être respectées scrupuleusement par les plaisanciers. En adoptant ces bonnes pratiques, on peut réduire les impacts de l’aire de carénage.

Cliquer pour suivre l’actualité et les nouveautés publiées sur notre chaîne.

Règle 01 : Demandes d’admission

Les demandes d’admission à l’aire de carénage sont faites exclusivement par écrit : lettre déposée, envoyée par fax ou par Email aux services de l’exploitant. Aucune demande verbale n’est prise en considération.

Les demandes doivent être enregistrées par l’exploitant sur un registre côté et paraphé tenu à cet effet, spécifiant :

  1. La qualité du demandeur (capitaine, armateur, ou son représentant, entreprise de réparation navale, etc.) ; le nom ou la raison sociale, l’adresse, les numéros de téléphone, fax, Email, etc.
  2. Les caractéristiques techniques de l’embarcation ou l’engin nautique de plaisance faisant ressortir au moins les éléments suivants Longueur hors tout ; largeur, jauge brute Tirant d’eau, poids total.
  3. La date et heure à partir de laquelle le bâtiment sera prêt à être hissé.
  4. La durée de séjour sur l’aire de carénage et réparation, exprimée en journées calendaires y compris les jours d’assèchement ; de montée et de mise à l’eau.
  5. Les prestations sollicitées.
  6. La durée prévisionnelle et la nature des réparations.

NB

Les demandes sont inscrites dans l’ordre chronologique à la date et heure de leurs réceptions. Il sera délivré aux dépositaires des demandes un reçu indiquant la date, l’heure et le numéro d’ordre d’inscription.

L’armateur ou son représentant demeure seul responsable de toutes fausses déclarations; concernant les caractéristiques du bâtiment de plaisance et des conséquences qui en découlent.

La capitainerie doit arrêter conjointement avec l’armateur ou son représentant ; la liste exhaustive des travaux ainsi que les délais de leur réalisation. Cette liste doit faire l’objet d’un suivi quotidien par la capitainerie ; pour éviter tout retard du bâtiment de plaisance en réparation ; et la perturbation des programmes des autres bâtiments de plaisance en attente.

Règle 02 : Hissage et mise à sec

L’armateur ou son représentant doit fournir à l’exploitant ; une semaine au moins avant la date à partir de laquelle le bâtiment de plaisance sera prêt à entrer ; pour la première fois, dans la forme de hissage ; les documents nécessaires, à l’élaboration du plan de la mise à sec.

Toute modification apportée à ces documents doit être communiquée par écrit à l’exploitant de l’engin de hissage ; de l’aire de carénage et réparation, lors du dépôt par l’armateur ou son représentant, de la demande d’admission.

Règle 03: Mouvement

Une réunion de programmation est tenue, au moins une fois par semaine, dans les bureaux de la capitainerie ; en présence des parties citées ci-après, et ce ; pour procéder à la confirmation des mouvements à programmer au niveau de cette zone au cours de la semaine considérée :

  • L’exploitant ;
  • La capitainerie ;
  • Les capitaines, les armateurs ou leurs représentants concerné

Règle 04 : Hissage des bâtiments de plaisance

Le hissage des bâtiments de plaisance fait l’objet d’une programmation préalable par l’exploitant ; qui en informe la capitainerie du port 48 heures avant l’exécution du mouvement.

Règle 05 : Engin de hissage

  • Seules les unités de plaisance sont autorisées à utiliser les engins de hissage, et zone de carénage de la marina. L’engin de hissage est mis à la disposition des capitaines, des armateurs et exploitants en suivant l’ordre des demandes enregistrées.
  • Le rang défini suivant l’ordre d’inscription n’est valable que pour les dates et durées de séjour; inscrites sur la demande d’admission.
  • Si le hissage n’est pas effectué à la date indiquée (pour une raison non imputable à l’exploitant); la demande d’admission doit être renouvelée par l’armateur concerné. En attendant ce renouvellement, les demandes qui suivent reçoivent satisfaction.

Règle 06 : Priorité d’admission aux engins de hissage

Un droit de priorité d’admission aux engins de hissage est accordé : Aux bâtiments de plaisance

  • Coulant bas d’eau et ceux dont la sécurité est compromise et confirmée par l’autorité maritime compétente.
  • Présentant un cas d’urgence confirmée par une attestation délivrée par l’autorité maritime compétente.
  • Aux bâtiments appartenant à l’Etat lorsque la demande est déposée par l’Administration concernée.

Lorsque plusieurs unités présentent en même temps des attestations de voie d’eau; une confirmation de l’ordre de priorité doit être indiquée sur lesdites attestations par l’autorité maritime compétente. Une commission composée’ des entités ci-après; est habilitée à statuer sur les cas litigieux concernant l’application des dispositions du présent article :

  • La capitainerie.
  • L’Autorité maritime compétente.
  • L’autorité locale.

Règle 07 : Conditions de hissage

Le fait d’inscrire un engin nautique de plaisance pour qu’il soit admis au hissage signifie que ; l’armateur a pris connaissance des caractéristiques des équipements et des conditions de hissage de l’engin. Toute modification à apporter aux conditions de hissage doit être demandée à l’exploitant ; au plus tard au moment de la confirmation de la demande d’admission.

Règle 08 : Substances dangereuses

Les bâtiments de plaisance en difficulté et transportant des substances dangereuses ne sont admis dans les installations de réparation navale ; qu’après autorisation expresse de la capitainerie et dans les conditions qu’elle aura définies.

Règle 09 : Sécurité de hissage

Tout bâtiment de plaisance admis à la darse pour hissage doit se présenter non chargé; stable, sans gîte et avec une assiette positive convenable.

Règle 10 : Commission

Dans des cas exceptionnels dont l’appréciation est laissée à la commission composée des entités citées ci-après ; le bâtiment de plaisance dont la gîte et/ou l’assiette ne peuvent être corrigées peut-être admis ; à titre exceptionnel, à la demande de l’armateur ou son représentant ; à ses risques et périls et sous son entière responsabilité :

  • La capitainerie.
  • L’Autorité maritime compétente
  • L’exploitant.

Règle 11: Responsabilité

Le lamanage, le réglage des amarres sont assurés par l’équipage des bâtiments de plaisance. Les autres préparatifs liés à la mise à sec ou la mise à flot ; sont assurées par l’exploitant du chantier de réparation ; y compris la mise en place et le réglage des accords ; à l’entrée desdits engins et leur enlèvement à la sortie.

Règle 12 : Opération de déballastage 

L’opération de déballastage du bâtiment de plaisance ne peut être effectuée dans l’aire de réparation qu’après accord préalable de l’exploitant. Pendant les opérations d’entrée et de sortie du bâtiment de plaisance de la darse ; le personnel de l’exploitant est habilité à accéder à bord ; pour fournir à l’équipage toutes les indications nécessaires au déroulement des manœuvres.

Règle 13 : Préjudices matériels et immatériels

Le capitaine, l’armateur ou son représentant demeure seul responsable des préjudices matériels et immatériels subis par les installations des engins de hissage ; par son propre engin nautique de plaisance et résultant de l’inexactitude et/ou de l’insuffisance des indications fournies par l’armateur ou son représentant en vue de la réalisation des opérations de la mise à sec.

Règle 14 : Sûreté, sécurité et d’environnement

  • L’exploitant et les armateurs ou leurs représentants de la zone de réparation navale ; doivent veiller au respect des conditions de sûreté, sécurité et d’environnement.
  • Pour pouvoir accéder aux installations, vous devrez être munis d’une autorisation délivrée par la capitainerie. De même, vous devrez signaler votre départ au moment de quitter les installations.
  • Toute personne présente à l’intérieur des installations sera tenue de respecter les panneaux de signalisation ; et de sécurité en place et de suivre les consignes du personnel de l’aire de carénage.
  • Tous les déchets produits durant la mise au sec (batteries usées, restes de peintures, filtres à huile, etc.) devront être signalés au personnel de l’aire de carénage ; en vue de leur transfert immédiat vers la déchetterie dans un récipient approprié.

NB

  • D’une manière générale ; les déchets produits par les travaux seront transférés dans les plus brefs délais vers le lieu prévu à cet effet. Leur accumulation autour des zones de travaux étant interdite.

Règle 15: Gardiennage

  • Pendant toute la durée de son séjour dans la zone de réparation navale ; le bâtiment de plaisance doit avoir à bord au moins un gardien capable de donner l’alerte aux corps suivants : (la protection civile, l’assistance médicale, la capitainerie, la police et la sécurité de l’exploitant, la Gendarmerie Royale Maritime).
  • Tous les travaux effectués dans les installations devront être réalisés par des personnes compétentes et expérimentées. Le personnel de l’aire de carénage de la capitainerie pourra exiger ; la présentation de tous les certificats de qualification qu’elle jugera opportun.
  • Aucun engin ou équipement ne pourra entrer sans l’autorisation du personnel de l’aire de carénage de la capitainerie.
  • Les enfants mineurs devront être accompagnés d’un adulte pour pouvoir pénétrer dans l’aire de carénage.
  • Les animaux ne seront pas autorisés sur l’aire de carénage.

Règle 16 : Accord des modalités techniques

L’exploitant et le capitaine, l’armateur ou son représentant définissent d’un commun accord ; les modalités techniques de la mise à sec et de la mise à flot du bâtiment de plaisance.

Toute entreprise qui viendra réaliser des travaux au sein des installations de l’aire de carénage ; devra avoir souscrit auparavant une assurance de responsabilité civile

Règle 17 : Autorisation des travaux

Il est interdit d’installer de réaliser des travaux de peinture, réparation de coques, ponts, superstructures et autres types ; avant la présentation d’un projet complet des travaux à réaliser et la validation et l’autorisation écrite de l’exploitant.

L’utilisation d’échelles ou d’échafaudages sera soumise à l’autorisation du personnel de la capitainerie. Dans tous les cas, ces éléments devront être homologués et parfaitement bien ancrés à l’embarcation. Les échelles, échafaudages ou tout autre élément permettant d’accéder aux bateaux ; qui ne respecteront pas les normes de l’aire de carénage seront immédiatement retirés.

Règle 18 : Travaux d’entretien et de réparation

Les capitaines, les armateurs ou leurs représentants doivent effectuer les travaux d’entretien; et de réparation de leurs bâtiments de plaisance dans la limite de la durée de séjour; confirmée sur la demande d’admission. A l’expiration de cette durée; l’exploitant met en demeure le capitaine; l’armateur ou son représentant d’évacuer l’engin de l’aire de carénage et de réparation dans un délai; qui sera fixé conjointement par l’exploitant et la capitainerie.

Si la mise en demeure reste infructueuse ; la capitainerie peut, pour des raisons d’intérêt général ou en cas d’urgence ; ordonner aux capitaines, aux armateurs ou leurs représentants d’activer les travaux de réparations ; nécessaires à la mise à flot de leur bâtiment de plaisance ; et le cas échéant faire sortir l’unité concernée aux frais risques et périls de son armateur.

Règle 19 : Machines-outils

Toute installation de machines-outils, de soudure, de stockage, de gaz sous pression et de combustibles ; et d’une manière générale, toute installation susceptible de provoquer des accidents ; des explosions ou des incendies fait obligatoirement l’objet d’une autorisation préalable de la capitainerie du port.

Règle 20 : Voies de circulation

Les voies de circulation et zones communes comprises dans le périmètre des zones de hissage ; et zone de carénage doivent être laissées libres. Elles ne peuvent en aucun cas être encombrées de dépôts de matériaux ou matériels de la nature qu’ils soient.

Règle 21: Autorisation

Dans l’enceinte du port et de ses dépendances; les bâtiments de plaisance ne peuvent être construits; carénés, remis à neuf, ou démolis sans l’autorisation des agents chargés de la police du port; qui prescrivent les précautions à prendre dans l’exécution de ces travaux; il peut être aminés, en cas de besoin; à limiter les horaires journalier et les périodes pendant lesquels cette activité sera autorisée.

Le Concessionnaire autorisera l’accès aux bâtiments situés dans l’enceinte portuaire ; aux personnes morales ou physiques mandatées expressément par le propriétaire du bâtiment ; ou son représentant pour les travaux d’entretien et de réparation.

Règle 22 : Travaux de modification

Pendant le séjour du bâtiment de plaisance dans l’aire de carénage et de réparation ; toutes opérations pouvant avoir pour effet de modifier sa stabilité ; ainsi tout mouvement, transfert de poids, ballastage ou déballastage, etc.  Ne doivent être effectués qu’après autorisation de l’exploitant et sous l’entière responsabilité de l’armateur.

Lorsque la répartition des charges à bord du bâtiment aura été modifiée ; pendant son séjour dans l’aire de carénage et de réparation à l’insu de l’exploitant ; ce dernier pourra exiger une visite spéciale des installations utilisées, après la sortie du bâtiment.

Règle 23 : Visite spéciale des installations

Lorsque la répartition des charges à bord du bâtiment de plaisance aura été modifiée ; pendant son séjour dans l’aire de carénage et de réparation à l’insu de l’exploitant ; ce dernier pourra exiger une visite spéciale des installations utilisées ; après la sortie dudit engin, avec le concours de l’autorité maritime compétente.

Règle 24 : Sablage non polluante

L’usager, l’armateur ou son représentant doit s’engager à utiliser une méthode de sablage non polluante ; notamment le sablage humide ou le sablage à jet d’eau sous haute pression, sous la supervision de l’exploitant. Pendant les travaux de sablage, toutes les précautions d’usage doivent être prises par l’armateur;ou son représentant pour éviter l’introduction du sable dans les aqueducs et les caniveaux. Ces derniers doivent préalablement être recouverts de bâches convenablement posées par l’exploitant, l’armateur ou son représentant. Il est strictement interdit de procéder à :

  • L’opération de sablage en dehors des aires de carénage et de réparation.
  • Des travaux de sablage sur des équipements autres que ceux des engins nautiques de plaisance ;en réparation dans les engins de hissage ou l’aire de carénage et de réparation.

Règle 25 : Rejet des déchets

Le rejet des déchets liquides et solides provenant du bord est interdit dans les aires de carénage. En cas de déversement accidentel, le capitaine, l’armateur ou son représentant doit ;prendre immédiatement les mesures nécessaires pour le nettoyage total de la zone polluée. À défaut, l’exploitant procède à cette opération aux frais de l’armateur défaillant. Le nettoiement des engins de hissage et l’aire de carénage pendant l’occupation est assuré par les armateurs ;ou leurs représentants qui sont tenus d’évacuer quotidiennement les déchets ;et matières diverses provenant des travaux.

NB

Après achèvement des réparations et avant la mise à flot de l’engin nautique de plaisance ; le capitaine, l’armateur ou son représentant procède à ses frais ; à l’enlèvement et à l’évacuation sans retard des débris et des déchets de toute nature ; provenant des réparations, restés sur le radier, les banquettes des formes, les quais et terre-pleins. À défaut, l’exploitant procède à cette opération aux frais de l’armateur défaillant.

Réussir votre permis bateau de plaisance

Pour réussir votre permis bateau de plaisance. Je vous conseille fortement de voir le livre : 12 EXAMENS PERMIS BATEAU DE PLAISANCE : (Option Côtière) 360 Questions à Choix Multiples avec solutions commentées. Cet ouvrage propose 12 examens de 30 questions à choix multiples avec solutions commentées, sous la forme d’examens blancs. Il permet d’acquérir toutes les connaissances théoriques indispensables pour la préparation de votre examen option côtière et de Certificat de Radiotéléphoniste Restreint (CRR). Il peut également servir d’ouvrage de référence à emporter dans le journal de bord de tout bateau de plaisance. Élaboré par un Ex-Capitaine de Vaisseau, il répond parfaitement aux objectifs pédagogiques de l’examen officiel et il est particulièrement adapté à tous ceux qui passent ou ont l’ambition de passer prochainement le test du code de la mer pour obtenir la licence de conduire un bateau de plaisance.

Lire Aussi:

Télécharger gratuitement le guide de la plaisance et des loisirs nautiques au Maroc

Vous aimez ce poste ?

N’hésitez pas à nous écrire pour nous transmettre vos impressions et vos remarques, car vos remarques sont une chance pour nous.

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

vingt − 4 =

error: Content is protected !!