Nautisme au Maroc

Conseils et étapes d’hivernage  du moteur de bateau

L’hivernage  du moteur de bateau, c’est un peu le remettre à neuf chaque année. L’hivernage est essentiel pour que votre moteur continue à vous servir fidèlement pendant de nombreuses saisons à condition d’effectuer cet entretien annuel selon les règles de l’art. Ne pas effectuer les grandes étapes de l’hivernage entraîne un vieillissement prématuré.

En effet,  le moteur est la partie de votre bateau la plus sensible. Si celui-ci tombe en panne en pleine mer, vous pouvez vite vous retrouver dans une situation délicate voire même dangereuse. En effet, un moteur mal entretenu peut fonctionner anormalement : surconsommation, fuites, mauvaises odeurs, mauvais démarrage… Jusqu’au jour où il ne fonctionnera plus du tout.

Pour éviter cela, il est impératif de le protéger correctement contre la rouille, la corrosion et les divers dégâts internes avant de le stocker pour l’hiver. En plus, un moteur bien préparé pour hiverner  ou deshiverner est un moteur protégé, ce qui prolongera sa durée de vie.

Les étapes d’Hivernage  du moteur 

  1. Consultez le guide d’entretien fournit par votre fabricant afin de vérifier si certaines indications spécifiques sont mentionnées ;
  2. Commencez par faire tourner le moteur pour liquéfier l’huile. Ensuite, vous pouvez la pomper vers un jerrycan ou un bidon grâce à une pompe à vidange. Refaite le plein à niveau selon les indications qui figurent dans le manuel du fabricant du moteur ;
  3. Remplacement des fluides dans le moteur et dans l’embase ainsi que les filtres (à carburant et à huile). Utiliser des huiles et lubrifiants spécifiquement formulés pour les moteurs évoluant dans les milieux marins – d’où un niveau de protection maximale ;
  4. Remplacement des filtres à carburant et à huile. Avant d’installer un nouveau filtre, vérifiez que le joint caoutchouc et en position correctement et appliquez un peu d’huile sur les surfaces de contact pour la bonne tenue du joint ;

NB : Rincer à l’eau douce permet d’éviter que le sel de mer ne cristallise et n’endommage le circuit de refroidissement. La vidange permet de vider la vieille huile ainsi que toutes les limailles qui se déposent dans le fond.

Les étapes d’Hivernage  du moteur -suite-

  • Stabilisation de l’essence. Le moteur restant un long moment inutilisé, il est nécessaire de stabiliser son essence. Des produits ont été élaborés à ces fins.  Ces produits préparent le carburant pour le stockage à long terme ;
  • Changer la courroie avant l’hiver. L’hivernage est une bonne occasion de vérifier l’état des courroies et leurs tensions. Une courroie effilochée ou endommagée doit être changée ;
  • Démontez le corps de la pompe et Vérifiez l’état de la turbine et le corps de pompe ;
  • Pour le corps de pompe vérifiez qu’il ne soit pas abîmé, dans ce cas nettoyez le soigneusement ;
  • Voir si la turbine est rongée ou si elle présente des signes de craquelures. Si vous avez un doute, remplacez la turbine et vidangez l’embase. La turbine de pompe à eau est un élément important à changer chaque année ou toutes les 200 heures ;
  • Hiverner le circuit de refroidissement du moteur. Ne procédez à l’hivernage du circuit de refroidissement que lorsque le bateau est à terre. Commencez par refaire le niveau d’antigel. Ensuite, rincez le circuit d’eau de mer (filtre, pompe, embase et échappement) à l’eau douce de la façon décrite dans le manuel du fabricant ;
  • La crépine également doit être enlevée pour nettoyage. Vérifiez les tuyaux et colliers et remplacez-les si nécessaire ;
  • Graissez le corps de pompe et installez la turbine puis le corps de pompe sur l’arbre moteur de l’embase ;
  • À l’aide d’un pinceau, graissez avec de la graisse marine la partie haute de l’arbre moteur et la tige d’inverseur ;
  • Graissage de l’ensemble des points d’articulation et de l’arbre d’hélice, avec un produit de type lubrifiant marin ;
  • Vérifiez les bougies. Mettre une goutte d’huile dans chaque cylindre puis actionner le démarrage sans démarrer. L’huile protège les cylindres durant l’hiver ;
  • Démontage des bougies, puis pulvérisation d’un produit dans chaque cylindre. Il est ensuite nécessaire d’effectuer deux tours de volant moteur puis de remonter des bougies nettoyées ou neuves au besoin ;

Suite des étapes d’Hivernage  du moteur

  • Inspection des soufflets : Vérifiez le soufflet/collier pour détecter une éventuelle porosité. Une mauvaise étanchéité de soufflet peut laisser l’eau pénétrer et créer des dommages importants. Par conséquent, il faut toujours changer ces pièces en cas de doute ;
  • Passage au diagnostic informatisé pour contrôle. Contacter son revendeur ;
  • Purge des rails d’injection ou purge des carburateurs selon le modèle. Contacter son revendeur ;
  • Nettoyage du moteur puis pulvérisation d’un anticorrosion sur le moteur ;
  • Une fois la turbine changée et le moteur remonté complétement essayez-le à l’aide d’un kit de rinçage ou en immergeant le moteur dans l’eau douce pour voir si tout fonctionne normalement : en surveillant la sortie d’eau ;
  • Vérifiez l’état de l’anode. La brosser, si besoin, changez-la. Contactez votre revendeur pour connaitre les références de vos anodes ;
  • Démontez l’hélice en la bloquant avec une cale, vérifiez son état et nettoyez son arbre pour y mettre de la nouvelle graisse marine. Ensuite vous pouvez remonter l’hélice ;
  • Vérifiez l’état du calorstat ou thermostat. Il permet de réguler la température de votre moteur. Une fois enlevé, vérifiez son fonctionnement. Pour cela mettez-le dans une casserole d’eau chaude, le thermostat s’ouvre une fois arrivé à bonne température.

Pour le  déshivernage du moteur 

Après avoir passé de long mois au sec ou à flot, un bateau mérite une vérification complète avant sa remise à l’eau. Sans avoir été utilisé pendant une longue période, des dysfonctionnements peuvent apparaître sur certains éléments du bateau ou du moteur ou.

Pour cela, il faut procéder à une sérieuse vérification avant la remise en route. Elle n’implique pas de lourdes tâches, mais pour des raisons évidentes de sécurité, il convient d’attacher une grande importance à cette étape.

  • Consultez le guide d’entretien fournit par votre fabricant afin de vérifier si certaines indications spécifiques sont mentionnées ;
  • Commencez par une vérification du moteur et éventuellement par un nettoyage. Dans un moteur propre, toute perte de liquide est immédiatement apparente ;
  • Effectuer un contrôle général du moteur (relevage, antidémarrage embrayé et coupe circuit, compte-tours, direction, contrôle inversion avant arrière) ;
  • Réamorcer le circuit de carburant ;
  • Vérifiez les niveaux d’huile et de carburant ;
  • Inspectez tous les tuyaux pour déceler des fuites ou des fentes, et les remplacer au besoin. Assurez-vous que toutes les attaches et courroies sont bien fixées et en bon état ;
  • Inspectez et nettoyez les bougies et remplacez-les au besoin ;
  • Vérifiez les filtres à huile et à eau et remplacez-les au besoin ;
  • Vérifiez la charge de la batterie et son niveau de liquide ;
  • Assurez-vous que le bouchon de drainage est bien en place ;
  • Vérifiez ses systèmes électriques, d’alimentation en carburant, de propulsion et de refroidissement, et assurez-vous que l’accélérateur fonctionne bien, sans coller ou coincer ;
  • Mettre en route le moteur ;

Quelques conseils préventifs 

  • Avant la remise en marche en début de saison contrôlez vos durites, raccords d’essences, et l’état de vos vis et boulon.
  • Ne jamais ouvrir le bouchon de remplissage du circuit de refroidissement juste après l’arrêt du moteur, au risque de s’exposer à de sérieuses brûlures, comme sur une voiture…
    Attendre pour ce faire la baisse de température du moteur et se protéger d’éventuelles projections d’eau bouillante en se servant d’un gros chiffon.
  • Visite de la trappe d’hélice. Couper le moteur et enlever la clé de contact pour plus de sûreté ; si nécessaire, installer du monde à l’avant du bateau pour empêcher une entrée d’eau par l’arrière.
  • Tenir la cale motrice, le moteur et l’inverseur aussi propres que possible. Cependant, le lavage du moteur sous pression est à éviter, le démarreur et l’alternateur même marins ne sont pas conçus pour recevoir une telle pression d’eau.
  • Le moteur ne doit pas avaler une seule goutte d’eau, enveloppez le filtre à air dans un sac en plastique étanche avant de laver le moteur.
  • Prenez le temps de le laisser chauffer le moteur cinq minutes au ralenti, puis de monter en régime progressivement pour atteindre le régime de croisière que lorsque toutes les températures sont à leur niveau normal.
  • Un moteur diesel doit être régulièrement décrassé ; cela se fait après une longue période de fonctionnement sans interruption et consiste à le monter progressivement à son régime maxi pendant 15 à 30 minutes. Il est normal qu’il fume un peu pendant les premières minutes de décrassage et que les températures et pression d’huile s’élèvent légèrement.

Nota

Le moteur est précieux sur un bateau, il ne fournit pas seulement la propulsion, mais également l’énergie aux batteries pour l’éclairage, les instruments, etc. Et aussi pour l’allumage des bougies du moteur. Il y a même des moteurs équipés d’un serpentin autour du système de refroidissement et d’échappement, chargé de chauffer l’eau pour la consommation à bord.

Ce n’est pas parce qu’en hiver on dit “fermez la porte, il fait froid dehors”, qu’il fait moins froid dehors quand la porte est fermée.

Lire aussi : Étapes et conseils pour réussir l’hivernage de votre bateau

N’hésitez pas à nous écrire pour nous transmettre vos impressions et vos remarques.

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-huit + 16 =

error: Content is protected !!