technique d'amarrage sur corps mort

Manœuvre de prise de coffre en toute sérénité et sécurité !

Prendre un coffre en toute sérénité et sécurité requiert une bonne préparation et beaucoup de coordination. En effet, amarrer son bateau à un corps mort n’est pas une manœuvre compliquée, mais quelques précautions et anticipations s’imposent, pour éviter de s’y reprendre à plusieurs reprises.
Avant d’entamer la manœuvre, un briefing de l’équipage sera la bienvenue. Une petite explication qui précise comment on va exécuter l’opération, les séquences, le rôle de chacun… Ce qui a été préparé à l’avance épargne la fatigue.
Que l’on prenne un coffre à la voile ou au moteur, il est important d’anticiper  la force du vent et le courant, leurs incidences sur la direction du bateau pour vous arrêter au bon moment et la bonne position.

Prise de coffre au moteur:

  1. Placer un équipier à l’avant, de chaque côté avec une aussière frappée au taquet du côté où vous envisagez de prendre le coffre ;
  2. Viser le coffre globalement face au vent ;
  3. Approchez lentement du coffre mais conservez suffisamment de vitesse pour demeurer manœuvrant;
  4. Réguler l’arrivée avec des coups de gaz plus ou moins importants selon le vent et le courant ;
  5. Faites-vous indiquer la position de la bouée par un équipier à l’avant pour adapter votre manœuvre quand vous ne la verrez plus ;
  6. Stoppez le bateau. Vous avez informé vos équipiers de ne tenter la prise de coffre que si le bateau est stoppé contre ou tout près de la bouée.
  7. Passer l’amarre dans l’anneau avec la main (pas de gaffe : c’est moins dangereux et plus facile). Il existe un petit accessoire très pratique : le Hook & Moor. Il vous permettra de crocher l’amarre à tous les coups sur l’anneau.
  8. Frappez l’amarre sur le taquet, en la passant dans le chaumard, sous les filières pour ne pas frotter ou forcer sur les chandeliers ;
  9. Faire un tour mort autour du taquet puis finaliser le nœud de taquet ;
  10. Réglez la longueur, pour placer le bateau à une distance suffisante du coffre ;
  11. Doublez la prise de coffre avec une seconde amarre sur l’autre bord.
  12. Ne jamais s’amarrer directement sur le coffre ! Toujours s’amarrer sur la chaîne sous le coffre.

Hook & Moor offre une fonctionnalité supérieure lors de l’amarrage. Il élimine le risque de passer par dessus bord lors de l’amarrage du bateau et vous n’aurez plus besoin d’aide extérieure lors de l’ancrage ou de l’amarrage.

Prise de coffre à la voile:

Avant la phase d’approche de la prise de coffre, réduire la voilure. C’est la GV qui permet au voilier de lofer et d’avancer davantage vers le vent, on la garde pour la manœuvre. Ceci dit, une approche sous génois seul, c’est possible aussi et ça évite les retours de bôme quand on tarde à affaler une fois le coffre attrapé ! En plus des étapes précédentes, procéder comme suit :

Préparation :
  • Porter les voiles adaptées pour faciliter les manœuvres, et possible à affaler une fois arrête.
  • Indiquer clairement à tout l’équipage quel coffre a été choisi, et quelle est l’approche choisie.
  • Une fois arrêté sur le coffre il faut pouvoir affaler les voiles qui restent à poste.
Exécution de la manœuvre :

1. Viser le coffre à une allure de près confortable pour pouvoir lofer ou abattre un peu pour ajuster le tir sans dépasser le travers. C’est le bon plein. Se servir d’un bac (Alignement coffre/point du paysage) pour ajuster l’approche.
• Faire un bac, le paysage ne doit pas défiler derrière le coffre.
• Tester si on peut s’arrêter par rapport au fond sur cette trajectoire ? (S’inspirer des bateaux déjà aux coffres ou mouillés).

Attention ! Avec une trajectoire trop près du travers, on risque, avec le vent vitesse, de croire qu’on peut faire faseyer la grand-voile et donc croire qu’on pourra s’arrêter, et finalement une fois arrêté la grand-voile porte encore !!!

Courant faible :
  • Arriver bon plein sur le coffre, étrave vers le coffre, légèrement au vent, pour palier à la dérive due au vent (ou mieux faire un bac)
  • Lors de l’approche, si on se trouve à une allure portante ou limite travers (pas ralentit efficacement et aucune marge pour abattre). Abattre franchement en grand pour se replacer dans l’angle d’approche bon plein puis relofer vers le coffre.
  • Lors de l’approche, si on se trouve dans l’angle mort ou limite près serré (peu de marge pour lofer, risque de se retrouver dans l’angle mort). Revenir à une allure bonne plein sur le coffre : Soit abattre pour se replacer dans l’angle d’approche bon plein sur l’autre amure. Soit viré de suite, puis revirer quand on revient sur le bon angle bon plein initiale.

Nota! En ralentissant sur le coffre le vent apparent adonne et risque de faire porter la grand-voile une fois le bateau arrêté.

Avec courant :

Si le courant n’est pas négligeable et est contre le vent. On aura simplement besoin de plus de puissance pour avancer vers le coffre mais on s’arrêtera aussi plus rapidement. Arriver portant sous foc seul. Voire à sec de toile. Il est toujours facile de re-hisser le foc au cas où !

2. Se mettre au vent du coffre. Le vent plaque le voilier contre le coffre et laisse plus de temps pour s’amarrer.
Attention : Si le foc est encore à poste en arrivant sur le coffre. Se mettre sous le vent du coffre pour éviter que l’équipier ne se fasse fouetter par les écoutes du foc.
3. Attraper le coffre sous le vent et passer rapidement l’aussière dans l’anneau du coffre ou le dernier maillon de la chaine ;
4. Faire un tour mort autour du taquet puis finaliser le nœud de taquet ;
5. Affaler la GV ou le génois.

Important : Si à cause courant vous vous retrouvez amarré au coffre avec le vent venant de derrière, votre grand-voile porte !! Il aurait fallut arriver sous foc seul ! Pour résoudre le problème sans recommencer toute la manœuvre. Amarrer temporairement le coffre à l’arrière du bateau : le bateau va se positionner face au vent et on pourra affaler la grand-voile.

En cas d’un grand bateau:

Matériel à préparer :
  • Croc à fermeture automatique (CFA) maille sur l’œil de la vérine à l’extérieur du chaumard ;
  • Vérine en acier passée par l’axe avant ;
  • Moyen de liaison.

(Vérine : Bout terminé par un croc ou une griffe pour manier les chaînes des ancres.).

Exécution de la manœuvre :
  1. La situation initiale est, en principe, le poste de navigation renforcée (la machine au poste de manœuvre, les 2 motopompes en fonction l’ancre disposée en mouillage…) ;
  2. Rappeler l’équipe plage avant pour réparer le matériel, faire disposer l’ancre en mouillage ;
  3. Rappeler l’équipe de mise à l’eau et l’armement du zodiac à leurs postes ;
  4. Poste de manœuvre à la machine, pendant la présentation, le zodiac se tient par le travers Tribord de la passerelle, aux ordres de la passerelle, assez loin pour ne pas gêner la manœuvre d’approche ;
  5. Se présenter bout au vent ou vent arrière par vent fort ; en différenciant les machines jusqu’ à ce que la plage avant rende compte que le câble est capelé sur le coffre.

Dans l’absolu, arriver sur un corps mort, face au vent, est la manœuvre la plus logique. En effet, le bateau va arriver doucement sur la bouée et le temps de mettre au point mort continuera d’avancer.
La deuxième solution est souvent conseillée par des marins expérimentés. Elle consiste à arriver sur la bouée en marche arrière lorsque le vent est fort. Votre bateau est donc toujours bout au vent et vous allez présenter le tableau arrière à la bouée.

Manœuvre du zodiac :
  1. Une fois le bâtiment stabilise la passerelle passe la conduite du zodiac à la plage avant ;
  2. La plage avant renseigne en permanence la passerelle sur la position du coffre ;
  3. Le zodiac embarque la vérine, déposer le gabier sur le coffre ;
  4. Le gabier maille le CFA sur l’organe du coffre ;
  5. Dès que le mécanicien est récupéré, le zodiac dégage et se prépare à être hisse ;
  6. La plage avant tourne la vérine sur une bitte.

Nota : Il est important de débrayer dès que la vérine est maille sur l’organeau du coffre.

Consignes pour l’équipe Zodiac:
  • Vérifier la tenue du personnel : casque + gants + brassière ;
  • Hale le fil d’acier ;
  • Se tient prêt à larguer le fil d’acier ;
  • Maintient l’embarcation à environ 50 m au vent du coffre entre chaque manœuvre ;
  • Ne se placer jamais entre le bateau et le coffre ;
  • Ne laisse pas du personnel sur le coffre lorsque le bâtiment vire le câble ou s’évite ;
  • Reste à la vue de la passerelle jusqu’ à la fin de la manœuvre.

Quitter le corps mort:

Pour quitter le mouillage, le principe est le même : la préparation et l’anticipation. Avant de tout larguer, observer bien la dérive et le courant. Vous pouvez très bien envisager d’embrayer le moteur à faible vitesse pour compenser le courant et avancer vers la bouée.

  1. Rappeler l’équipe plage avant, l’équipe de mise à l’eau du zodiac à leurs postes ;
  2. Poste de manœuvre à la machine, 2 motopompes en fonctions ;
  3. La plage avant dispose une aussière ou chaumard bâbord ainsi qu´un lance amarre ;
  4. Le zodiac vient récupérer les extrémités de l’aussière et du lance amarre puis déposer le mécanicien sur le coffre ;
  5. Le gabier passe l’aussière dans l’organeau du coffre et la renvoie à bord par la lance amarre.
  6. Dès que le gabier est récupéré, le zodiac dégage ;
  7. Lorsque l’aussière est rondie, le zodiac ré accoste le coffre sur ordre de la plage avant ;
  8. La vérine est larguée sur ordre de la passerelle. Le CFA reste maillé sur l’extérieur de la vérine ;
  9. Le zodiac récupère le gabier et se prépare à être hissé ;
  10. Sur ordre de la passerelle, plage avant largue le coffre.

Astuce pour l’amarrage :

La solution idéale pour amarrer sur un coffre est de passer une amarre sur un des deux taquets de façon classique. L’autre amarre se termine par une boucle. Celle-ci est frappée sur un des deux taquets. Quand vous quittez votre mouillage, vous accrochez l’amarre libre sur cette boucle ou directement sur la petite bouée. Vous pouvez même y amarrer l’annexe qui restera au mouillage. A cet instant, il ne reste plus que l’amarre avec l’épissure qui reste au taquet du bateau, et, qui pourra être libérée en 2 secondes. Donc très pratique à larguer et plus rapide pour revenir à la barre.

Lire aussi: Procédures, techniques et conseils de mouillage

Avant toute autre chose, la préparation est la clé du succès. Un homme bien préparé au combat est à moitié vainqueur.

Vous aimez ce poste ?

Recevez les derniers conseils, astuces et nouvelles techniques directement dans votre boîte email !

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-sept − quatre =

error: Content is protected !!