Permis Bateau

Permis Bateau en ligne (Examen Nr 11 livre : 12 Examen Permis Bateau De Plaisance : (Option Côtière) | 30 QCM avec Solutions Commentées)

Vous préparez un Permis Bateau en Ligne , cet examen est fait pour vous. C’est un extrait du livre : 12 EXAMENS PERMIS BATEAU DE PLAISANCE : (Option Côtière) 360 Questions à Choix Multiples avec solutions commentées. Cet Examen Permis Bateau en Ligne va vous permettre d’acquérir toutes les connaissances théoriques indispensables pour la préparation de votre examen côtier et de tester vos connaissances sur des QCM proches de ceux que vous allez rencontrer lors de votre examen officiel. C’est un outil complémentaire du Code permis plaisance, option côtière, indispensable pour réviser vos connaissances et réussir votre épreuve.

L’Examen Permis Bateau en Ligne consiste en un questionnaire de 30 questions à choix multiples portant sur le programme des cours de la navigation maritime.

Le déroulement de l’Examen Permis Bateau en Ligne est analogue à celui du permis de conduite automobile.

Une fois la question énoncée, vous disposez de 22 secondes pour y répondre et il ne sera pas possible de revenir en arrière.

Pour être admis, vous devrez donner au minimum 25 bonnes réponses (cinq erreurs sont admises).

💥 L’Examen Permis Bateau en Ligne propose des QCM sur les principaux thèmes :

  • Balisage maritime de la région A et B ;
  • Balises Cardinales ;
  • Signaux d’information et de communication ;
  • Code international de signaux ;
  • Feux des navires et des balises ;
  • Symboles, abréviations et termes utilisés sur les cartes marines ;
  • Météo marine ;
  • Règles de sécurité applicables à la navigation de plaisance en mer ;
  • Règles de barre et de route ;
  • Règlement International pour Prévenir les Abordages en Mer ;
  • Radio VHF avec et sans ASN ;
  • Environnement et protection du milieu marin.

Cliquer pour suivre l’actualité et les nouveautés publiées sur notre chaîne.

Voir les questions de l’ Examen Permis Bateau en ligne Nr 11

Réponse 1 :

La bonne réponse est D.

Rappel :

Le bateau pilote, ou pilotine, est un bateau rapide utilisé pour transporter le pilote à bord des navires qui arrivent ou quittent le port. Ce navire appartient à la station de pilotage du port concerné. Il peut être construit spécialement pour effectuer ce travail. Dans les petits ports, ces bateaux peuvent également servir occasionnellement de bateau de service de lamanage.

Réponse 2 :

La bonne réponse est B.

Dans les régions B, le feu vert clignotant correspond à une balise latérale bâbord. En rentrant au port, vous devez venir à droite afin de la laisser sur votre bâbord.

Réponse 3 :

Les bonnes réponses sont A et C.

La station qui coordonne les opérations de sauvetage (MRCC, station côtière ou unité de sauvetage) peut imposer le silence sur la voie 16 aux stations qui pourraient perturber les opérations en transmettant à celles-ci le signal « SILENCE MAYDAY ».

Lorsque les opérations de sauvetage sont terminées, la station qui a coordonné celles-ci transmettent à toutes les stations, sur la voie 16, un message de fin de détresse se terminant par les mots « SILENCE FINI ».

Réponse 4 :

La bonne réponse est A.

Règle 35 c) du RIPAM : Un navire qui n’est pas maître de sa manœuvre, un navire à capacité de manœuvre restreinte, un navire handicapé par son tirant d’eau, un navire à voile, un navire en train de pêcher, et un navire qui en remorque ou en pousse un autre doivent émettre, trois sons consécutifs, à savoir un son prolongé suivi de deux sons brefs, à des intervalles ne dépassant pas deux minutes.

Réponse 5 :

La bonne réponse est A.

Dans le langage courant, l’erre d’un navire désigne sa vitesse résiduelle lorsqu’il n’a plus de propulsion. On l’utilise principalement dans les expressions du type « courir sur son erre », c’est-à-dire continuer à avancer sans propulsion, par exemple pour un voilier si l’on a choqué les voiles au près ou que l’on s’est mis bout au vent, ou pour un navire à moteur si la propulsion a été débrayée. On dit qu’il court sur son erre.

Réponse 6 :

La bonne réponse est A.

Règle 22 b) du RIPAM :

Pour les navires de longueur égale ou supérieure à 12 mètres, mais inférieure à 50 mètres :

  • Feu de tête de mât : 5 milles ; si la longueur du navire est inférieure à 20 mètres : 3 milles
  • côté : 2 milles
  • poupe : 2 milles
  • remorquage : 2 milles
  • Feu blanc, rouge, vert ou jaune visible sur tout l’horizon : 2 milles.

Réponse 7 :

La bonne réponse est C.

Planche aérotractée (kite surf) : quelle que soit sa longueur, flotteur sur lequel le pratiquant se tient en équilibre dynamique, et dont la propulsion est assurée par une aile aérotractrice.

Les planches à voile, les planches aérotractées et les planches nautiques à moteur effectuent une navigation exclusivement diurne.

  • Leur navigation est limitée à une distance d’un abri n’excédant pas 2 milles.
  • Les planches aérotractées comportent un identifiant de la personne, physique ou morale, qui en est le propriétaire et permettant de la contacter. Cet identifiant, en caractères d’un centimètre minimum de hauteur, doit être inscrit sur la voile ou sur un support qui en est solidaire. Il doit être constitué soit par le nom, soit par les coordonnées téléphoniques ou électroniques du propriétaire ou par plusieurs de ces identifiants.
  • À partir de 300 m d’un abri, ils doivent porter en permanence le matériel d’armement et de sécurité basique ainsi constitué : une aide à la flottabilité d’une capacité minimale de 50 N ou une combinaison humide en néoprène ou sèche assurant au minimum une protection du torse et de l’abdomen, une flottabilité positive et une protection thermique.

Réponse 8 :

Les bonnes réponses sont B et D.

Le mouillage est l’action d’immobiliser le bateau en mer au moyen d’une ancre à une certaine profondeur d’eau à un endroit précis. C’est un endroit où son bateau peut être à l’abri ; en sécurité du vent et des vagues le long des côtes, en s’amarrant avec son ancre ; en y laissant une bouée reliée au fond par un cordage ou une chaîne et maintenu par une ancre de corps-morts.

Respecter et protéger le milieu marin :

  • Respecter les zones interdites et ne pas utiliser les bouées de mouillage privées sans l’accord des propriétaires.
  • Ne pas mouiller dans les chenaux.
  • Favoriser les fonds sableux pour jeter l’ancre, plutôt que sur les herbiers.
  • Respecter les distances nécessaires par rapport aux voisins, pour éviter tout risque de collision en cas de changement de sens du vent.
  • Calculer la longueur du mouillage en fonction des fonds.

Consultez le type de fonds avant de choisir un mouillage :

Les fonds rocheux font de vrais pièges à ancres, consultez les cartes marines qui font mention du type de fonds rencontrés avant de planifier un mouillage forain. Les fonds de sable ou de vase offrent de bonnes tenues, les fonds d’algues tiennent moyennement (attention de ne pas mouiller sur des champs de posidonies en Méditerranée) et les fonds rocheux ou graveleux sont à éviter. (https://nautismemaroc.com/)

Réponse 9 :

Les bonnes réponses sont A et C.

Les balises cardinales indiquent le secteur dans lequel il est impératif de passer, c’est-à-dire le secteur opposé à celui où se trouve le danger. Dans notre cas, ce feu indique une marque de quadrant Est, donc le danger se trouve à l’Ouest. Et, comme vous naviguez au 045, l’Est se trouve à votre droite.  Prendre le cap 100 est la bonne décision.

Rappel : Feu du quadrant Est :

  • Couleur : BLANCHE
  • Rythme : Feu à scintillements rapides groupés VQ (3) toutes les 5 s ou Feu à scintillements groupés Q (3) toutes les 10 s.

Réponse 10 :

La bonne réponse est B.

  • Y (Yankee) : Mon ancre chasse.
  • V (Victor) : Je demande assistance.
  • U (Uniform) : Vous courez vers un danger.
  • K (Kilo) : Je désire communiquer avec vous ou je vous invite à transmettre.

Réponse 11 :

La bonne réponse est D.

Rappel : La visibilité est la distance jusqu’à laquelle un observateur situé près du sol ou de la mer peut voir et identifier un objet dans une direction donnée de l’atmosphère, à un instant et en un lieu déterminé, est une grandeur que l’on peut mesurer en mètres ou kilomètres ou en milles.

Échelle météorologique :

Réponse 12 :

Les bonnes réponses sont A et C.

Time: 16 :58 :13 – 02 mai 21

Type: ALL SHIPS

Cat: DISTRESS

From: 002429898

Telecom: DISTRESS RELAY

Ship: 242999888

MSG: FIRE

Position: N: 33 35 – E: 007 25

Ce message est un relais d’alerte de détresse pour incendie; envoyé par la station côtière dont le MMSI = 002429898 (Maritime Mobile Service Identity) à tous les navires évoluant dans la zone. Concernant une alerte de détresse envoyée par le navire dont le MMSI =242999888. Sa position est : N : 33 35 – E : 007 25.

Rappel : Les stations côtières peuvent, après avoir accusé réception d’une alerte de détresse; émettre un relais de détresse adressé, selon les cas : À

  • tous les navires évoluant dans une zone géographique donnée
  • un groupe de navires
  • un navire particulier.

La station côtière ayant fait parvenir les informations concernant la détresse au Centre de sauvetage (MRCC) associé, devra, à la demande de ce dernier, émettre un relais de détresse, adressé à tous les navires (« ALL SHIPS » ou « ALL STATIONS »).

Réponse 13 :

La bonne réponse est B.

Dans les régions B, le feu rouge à 2 éclats + 1 est émis par une balise de chenal préféré à tribord. En rentrant du port, vous devez la laisser de préférence sur votre gauche.

Réponse 14 :

La bonne réponse est B.

La manœuvre d’homme à la mer Anderson consiste à effectuer un tour complet pour revenir sur la personne à l’eau. Le sens est déterminé par le principe qui guide le barreur à pousse la barre du côté où est tombée la personne (ce qui évite tout contact avec l’hélice). Elle doit être effectuée uniquement si l’officier de quart ou le pointeur (personne qui pointera tout le temps la personne tombée à l’eau) est certain de ne pas perdre de vue l’homme à la mer pendant tout le temps de la giration du navire. 

C’est la manœuvre d’homme à la mer la plus rapide, puisqu’un seul changement de barre est réalisé afin de d’effectuer un tour complet de 360 degrés. Mais elle requiert une excellente connaissance des qualités manœuvrières du navire ainsi qu’une très bonne maîtrise de sa vitesse, afin de déterminer avec précision le moment où l’on doit stopper la giration et les machines (ou manœuvrer les voiles), afin de s’arrêter au niveau de la personne sans ne la dépasser ni avoir à battre en arrière.

Réponse 15 :

La bonne réponse est C.

Rappel des marques latérales :

Région A :

  • Les marques latérales de bâbord sont rouges avec un voyant cylindrique. Les feux sont rouges avec un rythme quelconque sauf Fl (2+1) R.
  • Les marques latérales de tribord sont vertes avec un voyant conique (s’il existe). Les feux sont verts avec un rythme quelconque sauf Fl (2+1) G.

Région B :

  • Les marques latérales de bâbord sont vertes avec un voyant cylindrique (s’il existe). Les feux sont verts avec un rythme quelconque sauf Fl (2+1) G.
  • Les marques (latérales) de tribord sont rouges avec un voyant conique (s’il existe). Les feux sont rouges avec un rythme quelconque sauf Fl (2+1) R.

Réponse 16 :

Les bonnes réponses sont A et D.

Les véhicules nautiques à moteur effectuent une navigation exclusivement diurne. Quelle que soit leur distance d’un abri, y compris à moins de 300 m de celui-ci, leurs pratiquants doivent porter en permanence un équipement individuel de flottabilité. Les performances présentées par cet EIF sont de :

  • 50 N jusqu’à 2 milles d’un abri ;
  • 100 N de 2 milles à 6 milles d’un abri.

En dehors des eaux territoriales, le pavillon national doit être arboré.

Réponse 17 :

La bonne réponse est B.

Sonde hors position (sonde le long d’un quai, roche isolée.) ou sonde décalée par rapport à son emplacement réel.

Réponse 18 :

La bonne réponse est D.

Le canal 16 ou voie 16 (fréquence 156,8 MHz ou 156,800 MHz)1 de la bande marine VHF est la fréquence internationale de détresse et d’appel en radiotéléphonie. Il doit être veillé en permanence par tous les navires, afin de recevoir les appels de routine, de sécurité ou d’urgence ainsi que les messages de détresse.

  • Les messages de routine, de sécurité, d’urgence doivent être transmis sur une fréquence de travail après annonce préliminaire sur la voie 16. Une fois la communication terminée, la station revient sur le canal 16.
  • Afin de faciliter la réception des appels de détresse, toutes les émissions sur la voie 16 doivent être réduites au minimum et ne pas dépasser une minute.
  • Avant d’émettre sur la voie 16, il est nécessaire d’écouter pendant un laps de temps suffisant afin d’être certain qu’aucun trafic de détresse n’est en cours. Cette disposition ne s’applique pas aux stations en détresse.

Réponse 19 :

La bonne réponse est D.

Les navires marqués « CE » sont classés en quatre catégories de conception selon leurs aptitudes à affronter des conditions de mer caractérisées par une vitesse du vent et une hauteur significative de vague. Pour la catégorie de conception A ; les navires de plaisance sont conçus pour des vents qui peuvent dépasser la force 8 (sur l’échelle de Beaufort) et pour des vagues qui peuvent dépasser une hauteur significative de 4 mètres, à l’exclusion des conditions exceptionnelles telles que des tempêtes, des tempêtes violentes, des tornades et des conditions maritimes extrêmes ou des vagues énormes.

Réponse 20 :

La bonne réponse est B.

C’est une marque d’eaux saines, telle que marque du milieu d’un chenal ou marque d’atterrissage. R= Red et W= White.

Réponse 21 :

La bonne réponse est C.

En météorologie marine, on appelle coup de vent un vent repéré dans l’échelle Beaufort par des vitesses moyennes allant de la limite inférieure de la force 8, soit 34 nœuds ou 62 km/h, à la limite supérieure de la force 9 (fort coup de vent), soit 47 nœuds ou 88 km/h.

Nota : Le but de ces avertissements est de permettre aux marins de prendre des précautions pour s’assurer de leur sécurité en mer.

Réponse 22 :

La bonne réponse est B.

Pour assurer la sécurité des usagers, et notamment des baigneurs, sont instituées en bordure de rivage des zones de protection, généralement balisées.

Les zones sont situées à l’intérieur d’une bande littorale de 300 m de largeur dans laquelle la vitesse est limitée à 5 nœuds.

Des chenaux traversiers balisés interdits aux baigneurs permettent aux usagers pratiquant des activités nautiques s’exerçant au-delà de la ligne des 300 m (telles que le motonautisme, le ski nautique, etc.) d’accéder au rivage.

Les zones de protection définies peuvent être :

  1. Réservées exclusivement aux baigneurs ;
  2. Interdites aux engins à moteurs ;
  3. Affectées à tel ou tel type d’activité (planche à voile par exemple).

Les zones sont instituées, selon la nature de l’activité concernée, par arrêté du préfet maritime ou par arrêté municipal.

La bordure extérieure de la bande littorale est balisée par des bouées sphériques jaunes mouillées à 200 m environ les unes des autres.

Les limites du chenal traversier sont matérialisées par des bouées jaunes, cylindriques à bâbord et coniques à tribord, mouillées de plus en plus près les unes des autres à mesure que l’on se rapproche du rivage ; les deux bouées d’entrée du chenal sont de dimensions supérieures à celles des bouées suivantes.

Les limites des différentes zones réglementées sont balisées par des bouées sphériques jaunes qui peuvent porter un pictogramme qui traduit soit l’autorisation (figure blanche sur fond bleu) soit l’interdiction (figure noire sur fond blanc, bordé et barré de rouge) d’une activité.

Des panneaux implantés à terre complètent le balisage flottant.

Réponse 23 :

La bonne réponse est D.

Les marques latérales, dont l’emploi est associé à un « sens conventionnel de balisage », elles indiquent les côtés bâbord et tribord de la route à suivre. Dans notre cas, ces marques ont des voyants coniques de couleur rouge. Ce sont donc des marques latérales tribord de la région B. Il est clair qu’il faut impérativement les laisser à tribord en venant du large (sens conventionnel) et les laisser à bâbord (gauche) en sortant du port.

Nota :

  • Région A : Tribord conique vert = Tricot vert.
  • Région B : Tribord conique rouge = Tricot rouge.

Réponse 24 :

Les bonnes réponses sont B et D.

Ces marques sont des balises cardinales qui indiquent le secteur dans lequel il est impératif de passer, c’est-à-dire le secteur opposé à celui où se trouve le danger. Celle à droite est une marque cardinale Est, c’est-à-dire le danger se trouve à l’Ouest et puisque vous naviguez au sud, donc le danger est à sa droite, c’est-à-dire sur la route C. Il est donc impératif de passer par B ou A.

Celle à gauche est une marque cardinale Ouest, c’est-à-dire le danger se trouve à l’Est et puisque vous naviguez au sud, donc le danger est à sa gauche, c’est-à-dire sur la route A. Il est donc impératif de passer par B ou C. D’où la bonne route à suivre est B ou bien sur si vous voulez faire demi-tour.

Réponse 25 :

La bonne réponse est A.

Réponse 26 :

La bonne réponse est C.

Le carénage ou radoub est la série d’opérations de révision périodique de la coque d’un navire en vue de lui redonner ses qualités nautiques (vitesse), ainsi que dans le cas d’une coque métallique de limiter la corrosion. Il comporte le nettoyage de la coque sous la ligne de flottaison, généralement le décapage des restes d’antifouling et la remise en peinture. Le terme provient de la carène : partie de la coque immergée. Le carénage désigne aussi le lieu d’un port ou d’une rade où l’on pratique cette opération : bassin de carénage, cale sèche.

L’opération de déballastage du bâtiment de plaisance ne peut être effectuée dans l’aire de réparation qu’après accord préalable de l’exploitant. Pendant les opérations d’entrée et de sortie du bâtiment de plaisance de la darse, le personnel de l’exploitant est habilité à accéder à bord pour fournir à l’équipage toutes les indications nécessaires au déroulement des manœuvres.

Le rejet des déchets liquides et solides provenant du bord est interdit dans les aires de carénage. En cas de déversement accidentel, le capitaine, l’armateur ou son représentant doit prendre immédiatement les mesures nécessaires pour le nettoyage total de la zone polluée.

Réponse 27 :

La bonne réponse est A.

Pour assurer les fonctions du Système Mondial de Détresse et Sécurité en Mer (SMDSM), (en anglais GMDSS : Global Maritime Distress and Safety System), quatre zones océaniques ont été définies. Celles-ci correspondent aux couvertures des différents moyens de radio utilisés :

  • A1 : Sous couverture d’au moins une station côtière VHF avec fonction d’alerte ASN disponible en permanence. En France métropolitaine la portée radio est de 20 à 30 milles des côtes.
  • A2 : Sous couverture d’au moins une station côtière MF dans laquelle la fonction ASN est disponible en permanence, hors zone A1 (portée radio : 150 à 300 milles).
  • A3 : Sous couverture d’un satellite Inmarsat entre les parallèles 76° N et 76° S hors zones A1 et A2.
  • A4 : Zone A1Zone en dehors des zones A1, A2 et A3 (couverture HF et radiobalises Cospas-Sarsat).

Réponse 28 :

La bonne réponse est B.

Parmi le matériel d’armement et de sécurité côtier des navires de plaisance effectuant une navigation de 2 à moins de 6 milles d’un abri, il y a :

Le règlement international pour prévenir les abordages en mer (RIPAM), ou un résumé textuel et graphique, éventuellement sous forme de plaquette autocollantes ou un support électronique et son appareil de lecture.

Réponse 29 :

Les bonnes réponses sont A et C.

  • Un feu d’une balise est éteint et une épave à la dérive sont des dangers liés à la sécurité de la navigation, donc on doit émettre un message SECURITÉ « SECURITÉ ».
  • Une avarie de barre est une urgence concernant la sécurité du navire, donc on doit émettre un message URGENCE « PAN PAN ».
  • Un homme à la mer est un danger grave et imminent et a besoin qu’on lui vienne immédiatement en aide, donc on doit émettre un message DETRESSE « MAYDAY ».

Réponse 30 :

Les bonnes réponses sont A et D.

  • Feu à éclats : Feu dont la durée totale d’éclairement dans une période est inférieure à la durée totale d’extinction et dont les éclats sont généralement de durée égale.
  • Feu à éclats longs : Feu dont les éclats d’une durée d’au moins 2 seconds (éclats longs) se succèdent régulièrement.

Voir aussi :

Permis Bateau en ligne (Examen Nr 09 livre : 12 Examen Permis Bateau De Plaisance

Permis Bateau en ligne (Examen Nr 10 livre : 12 Examen Permis Bateau De Plaisance

N’hésitez pas à nous écrire pour nous transmettre vos impressions et vos remarques.

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

neuf + dix-sept =

error: Content is protected !!