Nautisme au Maroc

Procédures et conseils de lutte contre une voie d’eau à bord

Afin de diminuer les conséquences d’une voie d’eau, la connaissance des procédures de lutte contre une voie d’eau à bord est un prérequis essentiel à leur obturation, mais les plus efficaces sont les dispositions réglementaires de prévention.

En effet, la voie d’eau (anglais : flooding or leak) est une entrée d’eau imprévue par suite d’une ouverture accidentelle dans la coque d’un navire. C’est une avarie grave aux conséquences souvent désastreuses pour la stabilité du navire, sa flottabilité et le fonctionnement du moteur.

Ces causes sont diverses : vague déferlante par mer de l’arrière, paquets de mer par des hublots non fermés, trou dans la coque, rupture de l’étanchéité des passe-coques du loch, du sondeur, des vannes, remontée d’eau par les évacuations de l’évier ou des WC, etc.

Les conseils pour prévenir une voie d’eau à bord :

  1. Assurer une veille permanente pour éviter les risques d’abordage, de collision et d’échouage violent.
  2. Arrimer les objets lourds.
  3. Fermer les hublots et les capots de pont à la mer.
  4. Renforcer leurs systèmes de fermeture avec des tapes en bois par mauvais temps.
  5. Ne tolérer pas d’eau dans les fonds.
  6. Boucher les infiltrations.
  7. Contrôler l’état de tous les tuyaux et   colliers.
  8. Entretenir le presse-étoupe.
  9. Poser des crépines à l’extrémité des tuyaux d’aspiration des pompes.
  10. Entretenir les pompes, vérifier leur bon fonctionnement régulièrement.
  11. Prévoir des accès faciles derrière les cloisons.
  12. Fermer les vannes qui ne sont pas en   service.
  13. Accrocher une pignoche en bois à côté de chaque passe-coque et vanne, d’un    diamètre adapté.
  14. Positionner la batterie d’alimentation de la VHF très au-dessus de la ligne de flottaison pour éviter qu’elle ne soit noyée, cela vous permettra de donner l’alerte en cas de besoin.

Les procédures pour lutter contre une voie d’eau à bord :

Procéder a une lutte contre une voie d’eau à bord comme suit :

  1. La lutte contre une voie d’eau à bord nécessite la mise en œuvre de moyens d’épuisement puissants : seaux, pompes à fort débit.
  2. Lancer toutes les pompes du bord pour évacuer le maximum d’eau.
  3. Faire fonctionner le moteur pour pouvoir utiliser la pompe de cale.
  4. Localiser la voie d’eau.
  5. Goûter l’eau :
  6. Douce : c’est un réservoir crevé, une accumulation d’eau de condensation ou de pluie
  7. Chaude : une durit du circuit de refroidissement du moteur est percée
  8. Salée : la mer entre dans le bateau.
  9. Remonter la fuite en la suivant à la main.
  10. Vérifier chaque vanne, tuyaux et passe-coque.
  11. Aveugler la voie d’eau par l’intérieur avec tout ce que vous avez sous la main : paillet, coussin, matelas, …
  12. Poser une planche dessus pour assurer la rigidité de l’ensemble.
  13. Colmater la brèche par l’extérieur en utilisant une voile ou un prélart.
  14. Boucher le trou si cela est possible avec un matériau polymérisant pour limiter la voie d’eau le temps de rallier le port le plus proche.

Les moyens  de lutte :

1 : Pour l’obturation des petites brèches on peut utiliser :

Procéder a une lutte contre une voie d’eau à bord comme suit :

  1. Boulons pour le remplacement de rivets arrachés (construction rivetée) ou pour l’obturation de trous circulaires de faibles dimensions ;
  2. Coins en bois garnis de chiffons pour obturer des fissures longues et étroites ;
  3. Tampons et des plaques obturatrices de modèles variés (n’existent pas sur les navires de commerce) ;
  4. Ciment à prise rapide qui peut être considéré comme un matériel d’obturation ;
  5. Du matériel destiné à la réparation des conteneurs et qui peut être exploité pour l’obturation de petites brèches, Sur les navires porte-conteneurs.
2 : Pour l’obturation d’une brèche plus importante on peut utiliser :
  • Un paillet (anglais : mat) : qui est une sorte de bandage qu’on peut réaliser à l’aide d’un filet de chargement garni de plusieurs de prélarts.
  • Un batardeau : qui est une sorte de cofferdam qu’on établit à l’intérieur du navire, contre le bordé et au moyen de planches et de madrilles et qu’on remplit ensuite de ciment à prise rapide pour aveugler provisoirement la voie d’eau.
  • Une tôle d’armement : c’est une tôle qui doit se trouver sur tout navire puisqu’elle fait partie des objets d’armement et de rechange réglementaires.

Conseils d’entretien des cales :

Un navire dont l’équipement est installé et gardé en bon état est un navire sûr.

  1. Gardez le fond de la cale propre et les tuyaux bien dégagés.
  2. Gardez la pompe de cale en bon état de marche.
  3. Gardez les fonds libres d’huile et de carburant.
  4. Gardez la cloison bien étanche pour empêcher une inondation.
  5. Utilisez des tuyaux en acier, en bronze ou autre métal avec des joints à collerette ou vissés. Les tuyaux de plastique sont acceptables pour certaines parties spécifiques. Consultez votre bureau local de sécurité maritime pour plus de détails.
  6. Au besoin, employez une courte section de tuyau de plastique ou de caoutchouc pour réduire la vibration. Cette section doit être nettement visible, assez forte pour résister l’effet de succion et resserrée avec des brides.
  7. Placez un bac récepteur sous la pompe à combustible ou les raccords lorsqu’il y a possibilité de fuites de combustible dans la cale ou autre endroit pouvant présenter un danger d’explosion.
  8. Vérifiez les accessoires de coque pour arrêter l’inondation.
Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

treize − cinq =

error: Content is protected !!