Nautisme au Maroc

Règles de limitation de vitesse en mer

Le chef de bord est la seule personne à prendre la décision de partir en mer. Il est le seul à assurer que le bateau est apte à naviguer dans les conditions météorologiques et dans la zone de navigation prévue. Alors voyons ce que dit la réglementation sur le rôle du chef de bord concernant les règles de limitation de vitesse en mer 

Règles de base dans un port :

  • Respecter les voisins. Il est demandé de prendre toutes les dispositions nécessaires pour éviter les nuisances sonores directement liées au bateau de plaisance.
  • Utiliser les sanitaires du port plutôt que les toilettes de son bateau,
  • Triez et jetez vos déchets en utilisant les containers mis à votre disposition ;
  • Utilisez l’eau avec parcimonie ;
  • Employez des produits ménagers ou d’entretien respectueux de l’environnement.

Responsabilité du chef de bord :

Le chef de bord sur un bateau de plaisance est responsable de la sécurité de l’équipage et du bateau.

  •  La personne la plus qualifiée et la plus expérimentée du bord.
  • Il est impératif que le chef de bord soit clairement défini avant toute sortie en mer.
  • C’est lui qui coordonne l’équipage, donne les instructions lors de manœuvres, affecte le rôle de chaque équipier.
  • Il organise également la vie à bord comme la gestion des repas ou des quarts.

Le chef de bord est tenu de respecter un certain nombre de règles de limitation de vitesse en mer.

Avant l’appareillage, il doit :
  • S’assurer que les conditions de sécurité sont remplies (matériel de sécurité, état du navire, niveau de carburant, …) ;
  • Consulter la météo, et s’assurer que les conditions météorologiques prévues ne remettent pas en cause la sécurité de la sortie envisagée ;
  • Préparer la croisière en tenant compte des abris ;
  • S’assurer que le navire n’est pas surchargé et respecte le nombre maximal de personnes autorisées ;
  • Prévenir une personne restant à terre (capitainerie, famille, …) de ses intentions de sortie.
En mer, le chef de bord doit :
  • Appliquer la réglementation maritime ;
  • Veiller au respect de l’environnement ;
  • Rester à l’écoute de la météo ;
  • Faire le point régulièrement ;
  • Adapter l’allure en fonction de l’État de la mer en appliquant les règles de limitation de vitesse en mer ;
  • Assurer la sécurité individuelle de chacun des passagers.
  • Déterminer quel type de brassière fournir à chaque équipier, en fonction de sa morphologie et de la zone de navigation (basique, côtière ou hauturière).
  • Contrôle la conformité de chaque gilet de sauvetage, son état et l’ajuster à chacun, spécifiquement pour les enfants.
  • Respecte et faire respecter le balisage maritime lors de la navigation, et doit obligatoirement en faire de même avec le RIPAM (le Règlement International pour Prévenir des Abordages en Mer)qui  fixe les règles de barre entre les navires et leur privilège.
  • En cas de détresse, employer tous les moyens pour sauver les personnes (à condition de ne pas mettre en danger la vie des passagers).
  • Prévenir les agents maritimes de tout accident survenu en mer.

Il est donc nécessaire d’en connaître toutes les facettes pour naviguer sereinement et que la navigation soit toujours un plaisir !

Les limitations à la navigation :

Comme sur les routes,  la vitesse est  limitée en mer. Cette limitation de vitesse en mer s’applique dans la bande dite des 300 mètres et à l’entrée du port.

Nautisme au Maroc

Relaxez-vous

Zones interdites à la navigation :

De nombreuses zones sont interdites à la navigation :

  • Engins à moteur peut être interdite dans certaines zones à l’intérieur de la bande des 300 mètres.
  • Les zones réservées aux baigneurs.
  • Autour des plates-formes de forage, ainsi que dans les zones d’exercices militaires.
  • Il existe des zones de mouillage interdit.

Il appartient au plaisancier de se renseigner pour connaître les zones interdites à la navigation dans la zone où il navigue.

Limitation de vitesse :

S’il existe parfois des règles spécifiques, de manière générale, il est essentiel de réduire sa vitesse avant l’entrée d’un chenal (sauf réglementation locale) et dans la bande littorale des 300 mètres (à compter de la limite des eaux) de manière à ne pas excéder deux nœuds. Ainsi, cela permet d’éviter de créer des mouvements de l’eau qui peuvent gêner les autres embarcations déjà amarrées ou celles qui sont en train de manœuvrer. Au-delà de la zone des 300 mètres, la vitesse est en principe libre. Il peut cependant exister des réglementations locales pour certains archipels, golfes, baies, îles ou plages. Il est donc nécessaire de se renseigner sur place.

Comment se détermine la bande des 300 mètres ?
  • Elle est généralement délimitée par des bouées jaunes.
  • S’il n’y a aucune restriction particulière (comme un arrêté), vous pouvez traverser cette zone, accoster sur la plage ou jeter l’ancre.
  • S’il y a un chenal, vous serez tenu de l’emprunter.
  • Enfin, s’il n’y a pas de bouées jaunes, la bande des 300 mètres se fait à partir de la limite des eaux (la limite peut donc évoluer en fonction des marées).

En cas de visibilité réduite :

Le navigateur doit en permanence adapter sa vitesse aux circonstances et aux conditions de visibilité. Par temps de brume, il doit ainsi réduire l’allure et se tenir prêt à manœuvrer immédiatement.
Il doit également allumer ses feux et émettre les signaux sonores correspondants à sa situation.

N’hésitez pas à nous écrire pour nous transmettre vos impressions et vos remarques.

Voir aussi : Manœuvre de repêchage d’homme à la mer (MOB)

N’hésitez pas à nous écrire pour nous transmettre vos impressions et vos remarques, car vos remarques sont une chance pour nous.

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quatorze + 10 =

error: Content is protected !!